La piste d`un chamane

Un lieu sacré – « Le Cap Bourkhan »

Русский | English | Español | German Français中文 (中国)

 

« Le Cap Bourkhan – le sanctuaire principal »

L’île d’Olkhone – le centre géographique du territoire ethnique des Bouriates. Il y a beaucoup d`objets qui sont sacrés pour tous les Bouriates. C’est pour ça qu`à la fin du XXème siècle, les chamanes modernes de la République de Bouriatie ont reconnu l’île d’Olkhone comme « le sanctuaire principal, le centre cultuel pour des Mongols et l’Asie centrale, qui représente patrie ancestrale sacrée des Bouriates ». L’Olkhone, située au coeur du Baïkal, est devenue le dernier bastion des chamanes de l’Asie du Nord,  en raison de son isolement géographique. C’est sur l’Olkhone considérée comme le centre du monde chamanique du Nord que les chamanes mongoles fuyaient leurs persécuteurs lamas à l’époque de Gengis Khan et Kubilai Khan au XII-XIIIème siècles et les chamanes bouriates au XVII-XVIIIème siècles.

« Le rocher Chamanka – un des neuf sites sacrés de l’Asie « 

Le rocher Chamanka et le cap Bourkhan sont parmi des lieux sacrés principaux de l’île. Le rocher Chamanka est un des neuf sites sacrés de l’Asie ( précédemment appelé « Un pierre-temple »), un lieu de culte pour des gens qui pratiquent le chamanisme et le bouddhisme. Le rocher est décrit comme un Temple en plein air, un lieu d`une forte énergie. Le rocher  à deux sommets est composé du calcaire cipolin – du marbre couvert de lichens rouge vif. Il y a une caverne dans un rocher le plus proche de la côte. Ce lieu est particulièrement vénéré par des Bouriates qui viennent des districts qui s`appellent Khorinsk et Bargousin.    Avant de la Lamaisation des Bouriates et la construction de l’autel du Bouddha, des rituels chamaniques avaient eu lieu dans la grotte.

« Le Sergué »

Les sergués sont les piquets auquels on attache des chevaux. Ils se trouvent sur le cap.  L`installation du sergué avait une signification symbolique. Cela voulait dire, que c’était un territoire de quelqu’un , cet endroit avait un maître. Le sergué a été construit deux fois dans la vie – pour cause de mariage et pour le décès. Il était mis près de chaque yourte, « car tant que le Sergué est près de la maison – la famille vit « . Il ne fallait pas détruire le sergué jusqu’à ce qu’il soit inutilisable. Le sergué symbolisait l’arbre de la vie, l’arbre du monde, réunissant 3 mondes. 3 cannelures circulaires ont été appliqués sur le piquet.  La partie supérieure était destinée à attacher les chevaux des dieux suprêmes, la partie centrale aux chevaux des gens terrestres ordinaires, la partie inférieure aux chevaux des représentants des enfers. On peut trouver les sergués aux lieux sacrés où on fait l’offrande aux esprits, près des routes et des yourtes. 13 sergués par nombre des souverains célestes du nord sont installés sur le cap Bourkhan. Ces souverains s`appellent noyons – les fils de tengries divins.

« …le jugement s’abat sur eux « 

Le plus important des noyons, le Khan Houté-Baabaï, qui était le plus aîné et le plus puissant, a choisi une grotte dans le rocher Chamanka comme un lieu de résidence, devenant le maître de l’île et le protecteur  de toute la religion chamanique du nord. Personne n’avait le droit de s’approcher de la résidence du maître-esprit d`Olkhon. « Le jugement s’abat sur eux qui s`approchent  le rocher Chamanka sans la  permission du maître-esprit »,  les chamanes disent ça.

« La forêt des chamanes sacrée »

Près du cap il y avait la forêt des chamanes, où les chamanes ont été brûlés et enterrés. Dans cette forêt, personne n’a osé chasser, puisque tous les animaux, qui habitaient dans cette forêt appartenaient au maître de l’île. Selon les mémoires des habitants de Khouzhir, la forêt des chamanes a existé jusque des années 30 du XX siècle. Les arbres anciens sacrés ont été utilisés pour construire le village de Khouzhir. La destruction de la forêt a signifié la destruction de la protection naturelle du territoire contre des vents et le soleil, l’une diminution forte de l’humidité, qui a causé l’érosion des sols, la disparition des plantes rares, la formation des ravins.